Web
Analytics Made Easy - StatCounter

L'homme derrière Au Dé filé


Lui, c’est mon papa! C’est un peu comme qui dirait l’homme de ma vie. Sauf que… Je ne me rappelle pas vraiment de notre rencontre et nous n’avons malheureusement pas eu le temps d’apprendre à nous connaître. Le 13 mars 1997, je le perdais a à la suite d’un cancer du poumon. J’avais 9 ans.

Et comme la vie de tout enfant est guidée par la présence de ses parents, la mienne le fut par la présence, infinie et illimitée de ma maman, mais aussi et surtout par l’absence criante de présence de mon papa. J’ai donc appris à vivre sans lui, bien que je savais qu’il était toujours là avec moi.

Un peu comme dans Le Roi Lion (qui est mon dessin animé préféré et que nous regardions ensemble lui et moi) quand Mufasa explique à Simba que les grands monarques qui les ont précédé, sont désormais parmi les étoiles, qu’ils veillent sur eux et les conseillent parfois. Pour moi, c’est pareil. Quand, la nuit, je lève les yeux vers le ciel, je sais qu’il est là et qu’il me protège depuis là haut.

Cette année, cela fait 20 ans que je vis sans mon papa et cette année, je vais avoir 30 ans. J’ai plein de nouveaux projets et cette envie folle, ce besoin irrépressible de les concrétiser! Je lance une nouvelle marque, Au Dé filé, et je dis au revoir à l’ancienne que j’avais créée en 2012 lorsque je me suis inscrite comme indépendante complémentaire. Parce que 2017 est l’année des grands changements! Et que parfois, cela a du bon de regarder derrière soi et de voir le chemin parcouru. Il est nécessaire de se poser un instant sur le bord de la route et de réfléchir au chemin que l’on veut prendre et à la direction que l’on veut donner à son avenir.

Un souffle nouveau m’a traversée et a débloqué des choses, décoincé des portes, fait sauté des verrous que l’on s’impose parfois seule. Et je suis persuadée qu’il en est l’origine. Parce que depuis toujours il veille sur moi. Et que je suis celle que je suis en grande partie grâce à lui.

Quand il est parti, j’ai voulu le rendre fier et devenir quelqu’un de bien même s’il n’était plus là. Evidemment, j’avais à mes cotés, pour me montrer le chemin, une femme extraordinaire, forte et courageuse, qui n’a pas baissé les bras et qui a fait tout ce qu’elle a pu pour combler ce vide et diminuer la peine.

J’ai donc suivi mon petit bonhomme de chemin avec un seul objectif en tête: rendre mes deux parents fiers. En demandant conseil à celle qui était là(la voix de la sagesse), et en me laissant guider par celui qui ne l’était plus(la voix de la folie). J’avais donc les pieds sur terre et la tête dans les étoiles!

J’ai suivi un cursus classique pendant lequel j’étais à mille lieues d’imaginer que je deviendrai créatrice de mode, à travailler les matières dans mon petit atelier, et à donner vie aux tissus à coups de fils, d’épingles et d’aiguilles. Et pourtant, créer, je ne sais faire que ça. Sans arrêt, comme si j’en avais besoin pour continuer à respirer. Ma maman (couturière, elle aussi) m’a montré la voie, mon papa y a glissé son âme. Et aujourd’hui, à chaque fois que je crée, c’est avec toute cette émotion qu’il me transmet sans arrêt, et c’est à chaque fois une petite part de lui que je vous livre.

La création n’est que l’expression des sentiments les plus profonds qui nous habitent et qu’on ne sait pas exprimer autrement.

C’est pour ça qu’aujourd’hui je peux dire que l’homme qui se cache derrière Au Dé filé et qui est à l’origine de ce joli nouveau projet, c’est le meilleur papa du monde!

0 vue0 commentaire